20210303_144625.jpg

Texte et photographie

Virginie Séba

Prendre l'ascenseur
Monter moi et mon vélo
Tout en haut
Quitter le quai
mécanique de l’escalier
Dupliquer les marches
une à une se rejeter
Bien caler le vélo
Moi et mon vélo
Tout en haut
Rouler les roues
Marcher les pieds
Tatamis ferré
au-dessus des voies
Moi et mon vélo
tête guidon
Accrochés contre ciel
Se confondre nuages
Attention fin de vision
La gare striée
enraille le sol
Sortir la tête du guidon
Chercher la solution
Entre les damiers
Pousser la porte
Faire chuinter les gonds
Déverrouiller serrure
Peut-être qu'un bout
de nuage
fera l'affaire
Sur la passerelle
Relever la tête
Redresser guidon
Dessus dessous
Les horizons s'étirent
glabres et luisants
Je marche sur des E
Des œufs troués
Entre les trous
portion de vide congrue
Petites Gens éparses
Pointillent l'espace
Moi et mon vélo
accordéon
Rayé enrayé
Enroulés sur la plateforme
Attendre lever les yeux
Soudain trouée de couleur
Panneaux  incongrus
Se déclinent
rose vert jaune orange bleu fuchsia
Couleurs contre ciel
Rigolo ces Paligots
Néo tableaux
D’un Style Nouveau
Entre les lignes
On se regarde
Bingo la déco !

Virginie Séba, performeuse, auteure à Recours au poème, Editions Cabaret... www.slamchante.fr

Performance sur Sister Rosetta Tharpe lors des journées du matrimoine le 18 septembre.

20210303_144625.jpg
DSC00902 signée.JPG

Texte et photographie

Emmanuelle Rabu

"HORTICOLE"

À nouveau, la rentrée. Tout l’été, Catherine a tant sarclé, biné, paillé son jardin citadin que ses tendons enflammés freinent la course des doigts sur le clavier de l’ordinateur. Devant les élèves assis en rangs d’oignons, l’enseignante rêve à novembre, au jour fécond de sa fête ; une manière toute personnelle d’entrer en « septembre crève-cœur », d’accepter d’aller vers le sang de l’automne, puis les bleus de l’hiver. « À la Sainte-Catherine, tout bois prend racine ! ».

Fiche d’appel. Combien sont-ils dans cette classe de Seconde ? Trente élèves à cultiver dont les prénoms n’ont rien de latin.

Au premier rang, « les roses ». Lèvres écarlates et parfums orientaux. Certaines hautes sur tiges, d’autres buissonnantes. Surtout, les laisser s’épanouir. Elles exigeront peu de soins. Un peu prostré à leur côté, un églantier qu’il faudra conduire en prenant garde aux épines acérées.

Au deuxième rang, « les saules ». Des ramures encore souples qui se laisseront peut-être tresser. Avec délicatesse, pour ne pas les briser, mais fermeté. L’un d’entre eux, particulièrement chevelu, semble pleureur. À consoler.

Disséminées, ses préférées, « les graminées » qui s’agitent au moindre souffle et ressèment à tout vent.

Enfin, tout au fond, « les adventices » qu’il faudra convaincre qu’elles ne sont pas « mauvaises herbes », afin de révéler leurs vertus.

Catherine se demande comment ils ont poussé entre les murs de Malakoff, quels parcs publics ils ont investi, quels trottoirs ils ont lézardés. Elle peine à rassembler leur attention, en ce jour de rentrée. Mais elle a confiance. Sa petite taille et son insignifiance apparente ne sont pas des obstacles pour s’imposer. Ils craindront ses irritations mais, à la Sainte-Catherine, tous feront racines car elle est de nature à nourrir pour aider à grandir en cité.

« Bonne rentrée à tous ! Je suis votre professeure principale, Catherine ORTIE ».

Emmanuelle Rabu est l'auteure du beau recueil

de calligrammes Amphores poétiques, aux éditions Jacques Flament.

Screenshot_20210929-202558_1.jpg

Texte et photographie

Astrid Waliszek

Le jour n'était pas tout à fait devenu la nuit, il tardait dans une sensation de flottement, comme si le crépuscule, incertain, paressait derrière les quelques nuages blancs. La lumière oblique l'éclairait — un pavot de Californie ? — créant une ombre parfaitement dessinée sur le mur de béton.

L'enfant s'est précipité. L'insensée insolence de la beauté, il ne pouvait pas y résister. Il a fallu longtemps pour le persuader que non, il fallait le laisser là, pris dans un interstice du béton, incroyablement téméraire, à portée de n'importe quelle menotte.

L'enfant a couru le long de la plage, longtemps. Quand il est revenu il avait dans la main quelques grains de sable.

"Quand ils seront grands, ils deviendront béton. Je suis sûr que ce sera du béton à fleurs."

Astrid Waliszek est l'auteure du roman "Topolina" chez Grasset.

Recueil de nouvelles et poèmes aux éditions Jacques Flament :

"A peine assez de mes bras", "Ombres nomades", "Les lucarnes de désir" ...

IMG_20210821_194103_518.jpg

Dessin et aquarelle d'Ema Courtois

Texte de Domi Bergougnoux

 

Humer l'âme de la ville

la lumière de la nuit

la poussée d'un arbre

écorces à contre-jour

 

Partir...pour aller où ?

            sur le toit du végétal

vent de liberté hors les murs

magie verte

paradis perdus à l'ombre des colonnes

 

écriture en majuscules de la matière

cernée par un adieu au gris

 

Faire exister la ponctuation

sur un air de jungle

 

Lire le message

à la racine émouvante

des herbes

qui fendent le béton

 

Domi Bergougnoux, "Où sont les pas dansants", "Empreintes" (Ed. Graine de vent), "Dans la tempe du jour" (Ed. Alcyone), "Il faut apprendre à voler" (Ed. Al Manar)...

Ema courtois a été primée au Salon de peinture Grands Formats d'Etampes.

Aquarelle suivante d'Isabelle Becker, artiste de Strasbourg.

Croquis aquarelle et collage Rome6.jpg
image_6487327 (3).JPG

Création picturale de Thérèse Cigna

Texte d'Aline Recoura

Si près de nos briques 
Béton armé 
Béton coulé 
Sensibles écopâturages 
Biodiversité dans la ville 
de la diversité 
Entretenir la végétation 
et faire vivre chèvres 
le long de la voie ferrée 
Arbres divers non loin d'une cité 
bientôt l'hiver vivant et animé 
cachera les biquettes 
sous-surveillance
24 heures sur 24
Ne pas entrer
Ne pas toucher
Interdit aux chiens 
Encore un troupeau 
sous surveillance continue 
Le garçon en vélo 
passe devant les chèvres 
tous les matins 
et même l'odeur.

 

Thérèse Cigna, écrivaine et plasticienne, est animatrice de la rubrique art et culture -TV Royans Vercors et Gresivaudan
Membre du comité d’organisation Drôme -Isère de la BASI -Saint-Etienne https://cigna.book.fr

Aline Recoura est l'auteure de nombreux recueils, dont Banlieue ville aux éditions La lucarne des écrivains. Pendant 10 ans elle fait partie du collectif SlamÔféminin avec lequel elle créée deux spectacles pour le festival d'Avignon. Depuis 2 ans, Aline Recoura est membre du collectif Les déméninges.

20200815_165637.jpg

Photographie d'Ema Courtois à Chaumont-sur-Loire

Texte de Béatrice Vergnaud

"Jardins"

 

Un jour comme n’importe quel autre jour

On se lève sans savoir qu’on va avoir

Une idée.

Une idée particulière, une idée lumineuse,

Une idée généreuse peut-être, une idée noire,

Une idée fixe ou fulgurante.

Une idée, c’est un papillon 

Fugace, silencieux, impalpable, léger

Qui se pose peu de temps ;

Même une idée de génie naît sans bruit.

Une idée surgit on ne sait où, on ne sait

A quel instant précis débuta sa gestation et 

L’idée s’étend comme les ramures d’un arbre.

Une idée qui aura peut-être

D’importantes répercussions.

Il y a aussi de mauvaises idées

Qu’il faut laisser s’enfuir.

Une idée éclot comme une fleur avec

La complicité du soleil, de l’eau, de l’air ;

Une idée meurt comme une fleur

Trop ou insuffisamment ensoleillée,

Trop ou insuffisamment arrosée.

Des jardins d’idées meurent à chaque instant

Faute d’être nés au bon endroit

Sous un climat idoine pour produire

Les plus belles fleurs.

Les artistes Béatrice Vergnaud et Ema Courtois se présentent dans la rubrique A propos du site Les villes en voix.

20210825_042910.jpg

Photographie d'Ema Courtois à Pompéi

Texte de Marie Berchoud

Ils sont deux, et là.
Plus deux autres en boutons prêts à éclore au soleil.
Un petit dais les surmonte, cette herbe aux feuilles rondes

avec laquelle
enfants nous jouions à la marchande,
au siècle dernier
Les pavots d’Orient me le rappellent,
Ils sont venus de loin pour orner en liberté
ce petit bout de vieille ville,
en disant la mémoire de l’archéologue ou du maçon
qui
les avaient apportés dans les plis, les poches

de leur vêtement de travail.
Pour l’usage des graines, à récolter et semer ou sécher,

puis émietter,
C’est à votre choix. Nouss-nouss & khales ?


Marie Berchoud est l'auteure du récit "Le Grand Cargo de la Lecture" (Ed. Le Roi Lire), et co-auteure de l'ouvrage "Ecritures et/en migrations" (Ed. Petra, Paris), notamment le chapitre "Exprimer la migration de ses parents, voies, voix et freins".

Le parc photo Juliette Keating.JPG

Texte et photographie

Juliette Keating

"Ce qui reste"

 

Des hauteurs, tu vois, ça s’amenuise. Les touffes de verdure étrécissent, s’étiolent entre les blocs gris ou miroitants. Le végétal s’efface, avalé par la mer minérale qui recouvre tout, des grilles du parc à l’horizon. Les poumons de la ville irrésistiblement rongés par le cancer de la spéculation : l’argent tue. Mais il faut loger les gens, rétorquent les résignées de la concentration urbaine, il faut leur donner des écoles et des piscines. Alors tu te détournes du panorama de pierre d’où s’élève à toute heure une buée jaunâtre. Tu plonges dans ce qui reste, ces flaques de sève où tu respires un peu. De l’air ! Lambeaux de terre enclose où le vivant palpite. Ça sent encore l’humus sous les chênes centenaires. Dans les futaies s’assourdit le vacarme des chantiers. Tu joues l’iroquoise miraculée des assauts de leur civilisation. Tu voudrais gîter là, repliée dans un bosquet, parmi l’odeur épaisse de la toison passer la nuit à guetter le remuement des bêtes. Frissons des feuilles qui se détachent, volettent puis se couchent à tes pieds. L’air glisse sur la robe qui prolonge l’été. Tu t’avances. S’extraire de la moiteur maternelle, renoncer à la pénombre primitive. Renaître à la solitude des foules. Tu descends vers le bitume où le soleil t’attend.

 

Juliette Keating publie de nombreux articles sur son blog Mediapart et le magazine Zelium, son roman AWA est publié aux éditions Le Ver à soie, où elle a déjà fait paraître Beauté secrète dans la collection « Poèmes à planter » sur graines de mélisse et de fleurs des champs, ainsi que La Venelle, suivi de Après les pins dans la collection « Nénuphars ». Son roman pour adolescents "Demain j’ai 15 ans" est paru aux éditions Magnard.

242925854_564714917980542_3189285838926478249_n.jpg

Texte et photographie

Catherine Serre

"Bruxelles"

Brusque elle ce midi

Bruxelles se dérobe

S'échappe, se transforme et se grime

Brusque la ville dérobée dansante

Un rythme nous égare Itinéraires aux hasard des carrefours Effacée ce midi d'un effet de soleil

Repères d'équinoxe en vrac

Bruxelles excelle ce matin à la métamorphose

Ville en transe au goût amer

Mêlée qui déraille et des lignes brisées

Tremblement au cri d'une corneille, ou deux

Histoire en désamour de nos chevilles fatiguées

Géographie de nos repères métamorphoses

Si une avenue s'en sauve

Bruxelles

S'évade d'elle même et tourne

Maelstrom spirale et nous éloigne

Et nous rapproche, incertains

À nos pieds des glycines et des mosaïques

Une fleur de pavé à perdre le nord

Et le gris en reflet de nos pupilles

Dans l'écart d'un nuage

La ville enfin boutonne sa robe familière

CATHERINE SERRE – écrit depuis longtemps et n'importe où, des mots au son et à la vidéo, une langue rythmée et imprégnée du sonore, tentative de vivre dans ce monde désarticulé, elle publie régulièrement en revue papier et web, les lit et les remercie d'exister, réalise des poèmactions aussi souvent que nécessaire, des expoèmes alliant art visuel et mots pour l’espace public, en Festival ou de par son initiative, et une chronique vidéo en ligne.

20210813_122542.jpg

Photographie d'Ema Courtois

à la biennale de l'architecture sur l'île de saint Georgio

à Venise 

Texte de Rebecca Armstrong

"Chemins du désir"

 

Un pot de terre cuite d’un balcon appartenant au ciel. Feuilles de menthe coupées jetées au pichet, eau fraîche d’un jour. 10ème étage

en panne alors, cavalcade

de pas

résonnent dans la cage tourbillon

d’éclats de sauts

croisent la main qui s’agrippe ascension douloureuse

soulèvent le cabas aux fanes qui s’agitent saluent le geste

merci les enfants panier déposé, 6ème porte B. Et les rires et les pas

reprennent

le premier arrivé le dernier descendu

le hall sa lumière rebondit de boîtes en boîtes aux lettres, un coup d’œil

enfin dernier saut

toucher terre. Les pas

font silence au premier contact du béton, immeuble gris droit solennel une pancarte dit résidentialisation

se glissent en-dessous

s’y suspendent grimpent sautent

la fougue de ces pas.

une haie longe maintenant la tour carrés d’herbe des chemins ont été dessinés petits graviers blancs c’est ici qu’il faut marcher voie du passage vers la tour suivante et le bus mais les pas

ouvrent des brèches

jaillissent de la haie

se cachent sous le feuillage du plus vieil habitant

se racontent en secret une histoire impossible pourtant

sous l’arbre

tout est toujours vrai malgré

le béton les yeux

sont immenses à happer les récits puis

suivent la piste du liseron

débusquent le chiendent

un sillon s’ouvre

sous la jaune bénédiction des pissenlits, la terre sèche

après la pluie et l’été,

les pas, navigateurs

trouvent une terre nouvelle, hors des chemins balisés, au long court

inventent une direction aux étoiles, graviers blancs

délaissés.

Cueillent les fleurs à souffler pleine poignée

courent dans l’herbe

laissent matin une trace dans l’humide, à peine de la boue aux semelles,

l’empreinte,

d’une voix d’un pas mentholé depuis

est restée

de cavalcades

d’années à dessiner des chemins de traverse,

d’années à préférer ces chemins insoupçonnés,

d’années à choisir les chemins du désir.

Rebecca Armstrong crée des podcasts où elle s'entretient avec de nombreux écrivains, essayistes, scientifiques. Elle s’aventure depuis peu sur les chemins de l’écriture. Elle aime à dire « soyons toujours curieux », phrase qu’elle explore à travers ses podcasts #2050 et Une Boussole pour les Temps Qui Courent. Sur Instagram elle propose régulièrement des lectures partagées.

Dessin (qui suit) de MAïPO "Villes en herbes" Crayons, pastels secs et feutre sur papier. : présentation de l'artiste dans la rubrique "A propos" du site Les villes en voix.

Villes en herbes.jpg
20210926_105852 (1).jpg

Aquarelle d'Alexandre Piquion

Texte d'Emmanuelle Cordoliani

L’eau coule du balcon d’une maison presque en ruine, mais les fleurs sont toujours neuves. Leurs couleurs se moquent de la guerre et de la désolation, elles jouent dans le soleil comme des enfants dans une rivière. Toi, tu passes en dessous, l’esprit accaparé par ton travail, par ta journée, par tes proches qui sont plus exigeants que tes ennemis, par le manque d’argent, par l’abondance de biens… Que sais-je ? Et l’eau tombe sur toi et te fait lever la tête. Elle touche le sommet de ton crâne. Elle glisse dans le dos de ta chemise. Tu cries. Tu te rappelles confusément que tu as crié un jour de retrouvailles avec l’eau dont tu n’as aucun souvenir. Tu cries vers les jardinières et tu vois les fleurs et le visage d’une femme qui les aime. Tu vois sa bouche former un O ! Tu vois l’eau qui goutte sur le trottoir dans une petite flaque d’or et le reflet de la maison en ruine. Dans le tremblement du reflet, la façade tient bon, elle s’est attaché le soleil de la fin de l’après-midi, comme un tablier. Et toi, tu es un instant cette fleur qu’une main attentionnée arrosait une fois le jour. Tu frôles l’œuvre de la beauté et son mystère, en son milieu.

Emmanuelle Cordoliani joue, écrit, enseigne, met en scène et raconte des histoires.

Son site : http://www.emmanuellecordoliani.com  Son blog :

 http://www.emmanuellecordoliani.com/category/blog/

Le site de sa compagnie : https://www.lecafeeuropa.com

Son atelier d'écriture en ligne :

https://www.lecafeeuropa.com/blog

Alexandre Piquion pratique la musique depuis plus de 40 ans. Il enseigne cette pratique au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris depuis 10 ans. Celle du dessin est apparue bien plus tard, à la façon d'un heur par lequel on se laisse faire. alexandrepiquion.com www.facebook.com/alexandre.jean.roger/

villes en herbes 4.jpg

Texte et création picturale

Anne Dejardin

Ce serait une ville avec des flèches qui indiquent le nulle part, ouvrent des voies sans issue qui mènent à des immeubles sans portes avec des fenêtres qui ouvrent sur un ciel bouché et les nuages ne seraient que traces d’une gomme oubliée, durcie et sale dans le ciel d’une mère qui aurait dit à l’enfant c’est faux, efface. Et dans cette ville une herbe obstinée qui pousse.

Anne Dejardin

"Quand je n’écris pas, je brode les mots des autres et quelques fois les miens

(https://www.instagram.com/dejardinanne/).

Quand je n’écris pas, je lis les textes des autres et quelques fois les miens depuis ma voix ou celle d’Hortense 

(144) anne dejardin - YouTube.

Quand j’y pense, j’alimente un blog qui présente mes livres publiés et ceux qui sont en instance

(https://annetadame.over-blog.com).

Quand je n’écris pas, s’il me reste un peu de temps, je vis.

Avant, quand je n’écrivais pas, j’animais avec ferveur

des ateliers d’écriture en présentiel aux deux endroits où je vivais."

villes en herbes Milene.png

Texte et images

Milène Tournier

 

Je t’aime comme un arbre de ville.

Je t’aime comme l’ombre d’une main, derrière chaque arbre de la ville.

Je t’aime comme la ville prend soin de ses arbres de ville.

Je t’aime comme un arbre de ville, à remplir le ciel entre la ville.

Je t’aime comme un arbre de ville. Le soir il rêve de ce que ça peut être, la forêt.

Je t’aime comme un arbre de ville, en laisse, apprivoisé.

Je t’aime comme un arbre de ville. 2018 vigipirate. Ce sont les arbres, qui ressemblent aux militaires.

Je t’aime comme un arbre de ville. Pour l’arbre, arbre de ville c’est un métier.

Je t’aime comme une cabane d’enfant, avec des arbres de ville.

Je t’aime comme, dans le métro, la forêt.

Je t’aime comme manquer d’arbres. Dix mois, qu’on en a pas vu un, un beau, un vert un vrai.

Je t’aime comme s’affrontent les sociétés, autour des arbres, et de rêver à comment vivre.

Je t’aime comme un trottoir de septembre et fin d’été.

Je t’aime un arbre de ville, un arbre sans fruit.

 

Milène Tournier, auteure des recueils "Poèmes d'époque" (collection Polder de la revue Décharge, avec une préface de François Bon), "L'autre jour" et « Je t’aime comme » (Editions Lurlure)... Sa chaîne youtube  :

www.youtube.com/c/MileneTournier

2021-09-25 (3) (1).png
image_6487327 (2).JPG

Aquarelle de Thérèse Cigna

Texte de Gracia Bejjani

"Beyrouth"

La rue est bordée de murailles dentelées. Stalactites et stalagmites d’une grotte formée en peu de temps. Nature ne ferait pas plus beau que l’œuvre de ces hasards de balles et d’éclats de bombes. Une splendeur à escamoter les mots ; à glacer le sang, quand on sait.

Beyrouth.

Les façades trouées tiennent vaillamment. Par endroits, le socle d’appui est si ténu qu’il semble attendre le prochain souffle (éternuement ou rire) pour s’écrouler. Il résiste. Miracle de béton.

Les appartements qu’elles abritaient ne sont plus qu’espaces vacants traversés de poussières et de regards fascinés. Monstres éventrés, steppes calcinées dont ne subsiste aucune odeur d’antan. Quatre à cinq étages dans chaque bâtiment. Seules quelques sculptures abstraites survivent au massacre. Combien de foyers pour cette seule rue ? Maintenant, personne.

De part et d’autre des trottoirs, des lignées de spectres -jadis immeubles, habitations ordinaires- se regardent aujourd’hui. Béants de répliques sans réponse, de brèches sans résolution. Trous sans transparence. Rien ne se voit de ces intérieurs désertés. Lieux ouverts voilant leurs entrailles derrière des murs en forme de squelettes meurtris, de colonnes tordues. Comme autant d’os aux articulations hasardeuses. Va-t-on assister à la capitulation définitive de ces fantômes aux couleurs identiques ?

Et la pierre redevenue pierre.

On scrute longuement.

On surprendra quelques traces de papiers peints aux fleurs brunies par le feu. Non par la chaleur du soleil, mais par le feu. On ne verra rien d’autre. Comme à travers ces rideaux de perles qui semblent montrer, mais ne donnent pas à voir. Le ciment martelé de ces bâtiments est devenu magma de joyaux minéraux monochromes, sombres. Sans transparence, sans musique. Le vent fait pourtant tinter les perles d’un rideau suspendu.

Cette rue, silence de cimetière. Ses tombes ne s’enfoncent pas dans la terre. Dressées de désespoir digne. Si la densité des âmes ensevelies donne son épaisseur aux cimetières, quels esprits flottent encore ici ?

 

Gracia Bejjani a quitté sa terre natale le Liban à 20 ans, après un autodafé de tous ses textes de jeunesse. Geste fondateur : donner une autre perspective à l'écriture à laquelle elle dédie le temps qu’une vie professionnelle très chargée lui laisse. De manière récurrente mais non exclusive, ses écrits portent « naturellement » sur la guerre, l’exil, l’identité, le lien. Textes brefs, récits, romans mais aussi photos-textes, vidéos-écritures, poésies.

Elle a fait partie de la programmation du Festival Extra, Litteratube, au Centre Georges Pompidou en 2018. Ces textes sont régulièrement publiés dans des revues de poésie et dans des anthologies collectives.

 Site personnel graciabejjani.fr
Chaîne youtube.com/c/graciabejjani

242818902_1003866896851686_4577648002212343823_n.jpg

Photographie de Catherine Serre

Texte de Perrine Le Querrec

FITPARC : m’y balader avec mes amies.

 

C’est derrière, là-bas. Derrière, des endroits naturels, des jardins familiaux, et le petit chemin pour y marcher. 

Le petit chemin, calme, avec le bruit du ruisseau. On y va souvent. On y pique-nique. Sur l’herbe on joue à des jeux de société. Ici sur l’herbe, c’est une autre société.

 

HORIZON

donnez-nous soudain

un horizon

 

sans déchirures

 

MOUVEMENT : comment se pencher par-dessus le balcon,

Comment fumer au balcon,

Comment soulever les enfants qu’ils y voient de haut,

Comment accrocher son linge, inventions d’équilibre

Comment voir sans être vu,

 

Comment être vu et s’en foutre

 

PORTAIL : nous laissons toujours notre portail ouvert

si un ballon arrive dans notre jardin

les enfants viennent le chercher

 

VUE : chambre avec vue

De ma fenêtre je vois

Des amoureux de quatorze ans

Des guirlandes d’enfants après l’école

Des chats se faufilant

Emménagements, déménagements

Business et courses,

Des hommes pressés d’autres lents

Des chiens qui promènent des humains

Des premiers pas, des pas hésitants

Des couples des familles des solitaires

Variété de gabarits, d’origines

De possibles et d’impossibles

Aux balcons, le public silencieux

Et moi derrière ma fenêtre, j’applaudis

Perrine Le Querrec, extraits du Dictionnaire du Pavement.

A résidé à Laval plusieurs mois afin d'écrire un Dictionnaire du quartier prioritaire où elle était logée. 

Auteure de nombreux recueils de poèmes : "Ruines" aux éditions Tinbad, "Les Tondues" aux Ed. Z4, "Rouge Pute" aux éditions La Contre-Allée, "Feux" aux éditions Bruno Doucey...  http://www.perrine-lequerrec.fr 

Herbe en ville et vice versa.jpg

Croquis d'Isabelle Becker

Texte de Zohra Mrimi

 

 

Après 50 pages

Une page vaut un an pâle

La peste brûle ses provisions immangeables

Les préludes tiennent dans des paniers de crabes

Mais où est l'eau des montagnes ?

L'arc-en-ciel est la porte en métal

Les serrures sont muettes

Une petite voix fait quatorze voix

Nous sommes deux adultes et deux enfants

Cinquante-six voix portent nos piliers de joies

Notre ville est une membrane

Serait-ce une corde vocale ?

On entend dormir le sable

Notre ville chante

Le serpent bâille

Elle parle de mathématiques et de fables

Mais où va-t-il ?

Réprimer les tours qui grattent le ciel !

Zohra Mrimi est l'auteure du merveilleux recueil "Le Jour fait l'adieu" aux éditions Z4 (2019).

Isabelle Becker est artiste peintre et plasticienne à Strasbourg.

1720704226161660800.jpg

 

Texte et photographie

Valérie Cassisa

"Le petit Versailles"

 

Niché dans un écrin de chênes, de pins, de lavandes et de vignes, je suis à l'origine un oppidum antique juché sur un promontoire rocheux d'une trentaine de mètres et cette situation idéale provoque un attrait si fort que l'on aura tôt fait de me transformer en forteresse médiévale; c'est pourquoi on peut aujourd'hui me visiter en empruntant de petites ruelles étroites et particulièrement escarpées. Oui, l'accès aux terrasses du château de Grignan se mérite, mais après cette montée vertigineuse, bien aidés par une atmosphère exhalant ses essences provençales, une récompense grandiose s'offre à vous : le panorama du Mont Ventoux et les dentelles de Montmirail ! Alors on réalise  pourquoi Mme de Grignan aura fait de cet éden son refuge, et obligé sa maman à une correspondance épistolaire des plus émouvantes, celle d'une mère à sa fille aimée. Car parfois, la nature crée ces liens insoupçonnés qui nous font devenir un peu plus humains.

Valérie Cassisa est enseignante d'anglais au lycée Voillaume d'Aulnay-sous-bois.

-8306692557686510237.jpg

Texte et photographie,

les murs incroyables des falaises Cliffs of Moher

en pleine tempête d'Irlande

Karina Breton

 

Je me promène je regarde

Je me promène et toujours je regarde

J'observe et je scrute 

Mes yeux sont en attente

En attente de verdure 

Je ne vois que voiture, mur et bitume

Je vois tout ! et presse mon allure

Je vois tout - hormis le réel

 Mes jambes aident mon cœur 

Mon cœur aide mes yeux 

Et ces mêmes yeux espèrent 

Qu'au bout de cette rue

Le bitume restera derrière 

Et que

hormis le réel

la nature sera belle

Karina est aide-soignante à domicile et en Ehpad dans l'étrange campagne du Finistère Nord.

Mynthé.jpg

 

Texte et photographie

Sophie Le Chevalier

 

 

 

Mynthé

 

Négatif d’un edelweiss de béton,

Chardon poussant dans les parkings humides,

Un bouquet offert qui se fanera vite.

Mais le Soleil en se couchant a imprimé sur les murs de mon HLM une menthe dont je n’oublierai pas le parfum.

 

 

 

Sophie Le Chevalier est enseignante de physique-chimie au lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois.

Bilal-Mons2 Crédit photo  Pol du Bot.jpg

Photographie "Bilal" de Pol du Bot

Texte d'Anne-Laure Mouchette

J'habite ici, 

Là où l'herbe a repoussé l'horizon,

Des montagnes de charbon

Noires les mains des travailleurs

Venus d'ici, venus d'ailleurs

J'habite ici

à deux pas d'un carillon et d'une prison

Alors sur la brique rouge c'est l'ivresse 

invoquée en toutes lettres

Garder le vers haut pour charrier le gris

Qui pourrait nous tomber sur la tête

Tu te souviens ?

Il se jetait libre dans les hautes herbes

Le poète aux vers acerbes

L'adolescent fugueur

L'amoureux rêveur voleur

Le fauché faucheur

La moisson est terminée

Les mines sont fermées

Le carillon a sonné

Il est l'heure de rentrer.

Mais où ? Réponds l'horloger.

Anne-Laure MOUCHETTE

MONS, Belgique, /01/10/2021

Enseignante au lycée des Lumières à Mamoudzou (Mayotte), elle travaille actuellement dans une compagnie théâtrale en Belgique.

5360943151858084687.jpg

 

Texte et photographie

Nada Maalouf-Labbé

 

Psstt…psstt…c’est moi la petite fleur jaune, tu m’entends ?

Je chuchote,  je n’ose pas parler, je me cache, j’ai peur!

Je tremble car on s’approche de moi, on veut m’écraser, me TUER. J’ai envie de crier mais je tremble, oui j’ai peur !

Je pensais égayer ta promenade par ma couleur soleil, embaumer ton chemin avec mon parfum subtil…

mais toi et les autres, avez préféré le béton!

Je suis triste pour moi,

mais surtout pour vous, adieu !

 

Aubervilliers, le 29/09/2021

Nada Maalouf-Labbé est professeur à Pian'Arte d'Etampes (Essonne), association très conviviale qui propose des cours de piano et de solfège (pour tous niveaux). Nada est la soeur de l'écrivain Amin Maalouf, et la mère du trompettiste Ibrahim !

20211001_122033.jpg

Texte et photographie

Dominique Damian

"Le choeur des feuilles de pissenlit"

Vaillante !

Pousse.

Je pousse.

 

Vaille vaille vaille !...

 

Pousse.

J'écarte le bitume du parc

La poussière me voile la face

Vaille vaille vaille

Bus, trams et gens,

 

Oh !

 

Joggeurs, chiens et vents

 

Oh ?

 

Nul ne me voit ?

Pousse.

 

                                                                                Pousse.

Vaillante !

 

Pousse.

Je.

Pousse -/\-

 

 Le choeur des pousses - Feuilles de pissenlit. Vogelweid Park. Vienne, Ottakring. Octobre 2021

Dominique Damian, Plume voyageuse à découvrir

sur son site Scribendo. www.scribendo.fr

242833671_2785667381723304_7184995124159573747_n.jpg

 

Toile de Joseph NOCE

Texte de Nathalie HOLT

Démasqués

Par la sente innervée de lierre un mur de briques aux teintes de Klee. Une porte rouge. De l’autre côté une clôture bâchée bleu Klein brise la vue. Masque à la main nous nous serrons dans ce passage pour respirer la forêt en surplomb. Noueuse la souche  s’est arrachée au ciment de la dalle, elle  a rampé sous le grillage pour rêver vers les grands arbres. C’est comme la patte d’un griffon, dit l’enfant. Des hommes en noir surgissent,  à la hachette ils déchirent cet élan de vie à nos pieds et sous leurs cris nous trébuchons vers la ville basse.

 

Nathalie HOLT est  scénographe de théâtre et d’opéra.

Vit dans le val d’Oise près d’une forêt.

Joseph NOCE, autodidacte dilettante. Ex prof de lettres en école supérieure d’arts appliqués. Retraité depuis 2010, 71 ans. Hédoniste indépendant. Plus de 50 expositions en France, Belgique, Italie, Roumanie, Russie, Turquie, Inde... Optimiste en formation permanente ! Auteur de romans, polars, de poésies, d’aphorismes, de nouvelles noires et roses... Musicien.

 www.josenoce.com

-8775409940689772274.jpg

 

Texte et photographie

Rouguietou BAL

Je vous envoie cette photo que j'ai prise au parc floral de Vincennes. C'est un endroit où je me ressource régulièrement, où j'emmène les personnes qui me sont chères. À chaque fois que j'y vais avec mes enfants, nous recherchons ce paon et le suivons dans ses escapades.

Je vous envoie mes sincères pensées.

Passez une belle journée ! 

Rouguietou BAL est enseignante et animatrice culturelle au CADA de Savigny-sur-Orge, France Terre d'Asile (Essonne).

P_20210424_172312.jpg

Texte et photographie

Geneviève Adrien

"Escapade à Joigny"

Aujourd'hui, nous allons visiter une jolie petite ville

proche de ma maison de campagne

Quel bonheur de découvrir

Ces ruelles commerçantes qui grimpent

Au-dessus de la rivière

Ces vieilles maisons à colombages

Ces magasins anciens, originaux

On fait des découvertes étonnantes

Arrivés tout en haut, repas

Sur une place accueillante

Avec une vue magnifique sur la ville

Quelle belle escapade !

Geneviève est une grande dame de 88 ans, elle vit toute seule dans sa petite maison de campagne dans l'Yonne.

8B3315CE-1E3F-459D-8DC6-B65C321D2357.jpeg

Texte et photographie

Gauthier Keyaerts

La dissolution

tracer une voix que personne n’entendra
tracer un cercle imparfait

d’un cycle
sans âge

trouver beau, trouver la matière
première exigence

exister

et rien au tout

sauter

Point de chute

Gauthier Keyaerts

2D71E443-F1E3-4793-B2CA-9D2E333D8069.jpeg

Texte et photographie

Gauthier Keyaerts

Echo

 

Eau contre bois 

Ressac claque

Contre coque

Latérale immobile

 

OndeS

SillonS                          géométries

                                     hasards

Amplitude sonore                                  

90°  120°

                                     Champ central

                                     Concentré périphérie

                                     Yeux clos - non monde

                                     Yeux ouverts - nausée

Échafaudages métal bois

Pierres verdies

Mousses abondantes

Échafaudages panneaux bois

                                                          

Blanc laiteux craquelé,

Fond noir

                                                          Blanc laiteux craquelé,

Fond bleu, rouge, vert

                                                          Blanc marbré, craquelé

                                                                         au centre

Fond noir, bleu, rouge, vert, orange

Rose, reliefs, dépigmentations                    

en cercles

L'univers de Gauthier Keyaerts se base sur un principe de « sculptures sonores et visuelles », repose sur l’écoute, l’observation et l’instinct. Il aborde la musique, la photographie et la vidéo de manière « physique », organique. Cette approche peut se matérialiser –- au final — sous forme de concerts, de performances, de scénographies, de créations radiophoniques, d’installations ou encore se pérenniser sur disque… peu importe. Il a récemment tenté l’expérience -– exutoire –- de l’écriture, modestement, mais passionnément… et avec ce même penchant pour l’action la plus spontanée possible.

https://gauthierkeyaerts.com/blog/

Screenshot_20211003-210940_1.jpg

 

Photographie du poète kabyle Yacine Boudia

Texte de Jamal Maraou

 

 

Saison chaude, froide ou grise 

Chacune rend la ville différente,

Chaque ruelle, toit ou parking change d'ambiance

Le froid approche, le sol glisse sous la pluie

Les feuilles se rétractent

Les arbres perdent leur masse imposante

La ville retrouve ce paysage bétonné et luisant

La nature envahissante l'été devient soudain

quasiment inexistante dans le royaume des hommes.

Saison fanée quasi morte laissera place

au blanc de décembre,

ce blanc pur et enfantin de la neige

Mais pour l'instant la ville meurt à feu doux

au même rythme que la nature retourne sous terre,

nous laissant seuls avec la nuit nuageuse.

 

 

Jamal Maraou, étudiant en Staps APA-S à Orsay, participe à la création de films poétiques sur les recueils de Zohra Mrimi ("Le jour fait l'adieu"), Eric Pessan ("N") Echappées sur la chaîne youtube des Villes en Voix.

IMG_7466.JPG

Texte et photographie

Samia Amar Ben Saber

Balade des mots sur l’herbe

Herbes folles, herbes sauvages, mauvaise herbe, herbes de Provence, écrivain en herbe : none of the above. De l'herbe verte sur le sol normand, allée ornée de fleurs épanouies et d'arbres épais ; tapis vert qui prend la forme d'une route : qui va là ? Un randonneur curieux ? Un rôdeur malicieux ? Oeil espion, clin d'œil espiègle : comme un poisson dans l'herbe, l'œil pénètre un espace vert protégé, "interdit de marcher sur l'herbe". L'œil suit son cours sur le tapis herbeux, captant les faisceaux de lumière et les ombres qui se meuvent au loin. La voie visuelle ne trompe pas : croyez ce que l'œil voit ! Une abondance de personnes sélectionnées, parées de leurs plus beaux atours, affichant sourires et airs de fête : vous venez d'entrer dans le domaine de Valliquerville, où les lieux somptueux accueillent les convives d'un mariage ! Tapis vert pour tapis rouge : des mariés écolochics qui se sont mis au vert !

Samia Amar Ben Saber est enseignante d'anglais au lycée Voillaume d'Aulnay-sous-bois. Cliché personnel pris le 24 juillet 2021, en Normandie, dans le domaine de Valliquerville.

IMG-20201022-WA0000 (1).jpg

Texte et photographie

"Anne-Marie"

par l'artiste Ema Courtois

 

Je viens de contacter une grande amie qui est jardinière dans le 15ème pour la ville de Paris.

C'était son rêve d'être jardinière, avant elle était dans les bureaux et a fait une reconversion à 50 ans.

Quand elle m'avait parlé de son souhait de reconversion, je lui avais dit " tu sais à nos âges, on ne veut pas de nous", elle a bien fait de ne pas m'écouter car elle est titulaire maintenant. Elle s'occupe de deux jardins dans le 15ème, dont un qui est incroyable, c'est un jardin de grands figuiers, caché entre quatre immeubles.